Phoenix
Bienvenue sur le forum officiel de la faction Phoenix !
Dessus sera diffusé les annonces et actualités. Il est dédié aux
membres de la Faction, à ses alliés et partenaires commerciaux.
Un grand nombre d'information est à disposition sur ce forum.

[RP] La Bataille de Solun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[RP] La Bataille de Solun

Message par GabRay le Mar 11 Oct - 13:15

La bataille de Solun


Nous somme en l’an 228, le lendemain du nouvel an et du débarquement de Phoenix sur les plages de Solun. L’armée de Pyrial a envahi la cité. Après quelques jours durant lesquels il recruta des soldats et forgea des équipements, il décida de continuer sa conquête vers le Sud, en direction de Kambo.
« Reviendra t-il ? » 
Cette question pèse sur le camp comme un murmure qu’on ose à peine prononcer. Nous somme au pied des collines de Clyff, à quelques pas au Sud de la cité. Nous sommes huit milles paysans recrutés par Pyrial, sur le point de combattre les quelques vingt milles guerriers de Korvir qu’un espion a repéré derrière les collines. Chacun pense à ses dernières volontés. Les hommes s’imaginent dans une campagne reculée, avec des terres fertiles à leur possession, et une famille à aimer. Ils se disent que, peut être, après la guerre, ce voeux leur serait exaucé. Cependant, on ne parle pas. Mais les mots que la bouche des fermiers, sculpteurs ou forgerons devant la mort ne pouvait prononcer, les yeux les murmuraient. Et chacun écoute cette conversation silencieuse pleine de rêve sur laquelle nous mettons tant d’espoir. Peut être, être trop gourmand de rêve ne nous met pas en de bonnes dispositions pour combattre, mais un peu de motivation ne fait tout de même pas de mal. Mais la peur présente dans les rangs, se faufilant et envahissant chaque homme, cette peur n’est pas partagée par tous. Quelques hommes du commandement comme le Seigneur militaire GabRay, ont l’air plutôt confiant. Ils passent leurs temps devant leurs cartes, à prévoir d’innombrables possibilités ou contre-temps que l’on pourrait rencontrer. Ils dessinent des cartes, inventent des codes avec des drapeaux et se renseignent sur les mouvements ennemis. On voit de temps en temps un scribe passer dans les rangs pour faire des allers-retours entre le poste d’observation et la tente du Roi. On dit qu’il prend en note tout ce qu’il se passe afin en faire une archive pour l’histoire. Dans ce cas, me dis-je, pourquoi est ce que je récite ce que moi même je vois ? Disons que c’est une manière de tuer le temps, qui a l’air de s’être arrêté, comme le font les quelques hommes qui savent écrire. 
Cela fait des heures que l’on attend l’éclaireur, envoyé pour repérer les mouvements des Loups d’Argent. Rien, ou presque, ne dérangeait se long silence monotone. À un moment, un sculpteur s’est levé pour demander pourquoi est ce que l’on se battrait en première ligne alors que les autres du commandement resteraient derrière. Le Seigneur GabRay est alors sortit de la tente du Roi et a annoncé qu’il se battrait lui aussi en première ligne, dans les phalanges. Il a aussi déclaré que les nouveaux pouvoirs de Pyrial décimeraient les flèches de l’ennemi, et l’abattrait sous une pluie de cendre. Tout est revenu au même silence, bien que le moral remonta d’un cran à l’idée que le Roi était maintenant immortel.



On bruit sourd et résonnant venait de retentir soudainement, attirant l’attention de tous les hommes. Le gong venait de sonner. Nous nous sommes levés, hésitants. On nous informa que Korvir avait divisé son armée en deux, et attaquera notre camp sur deux fronts, par l’Ouest avec sept milles hommes, et par l’Est avec dix milles hommes. En conséquence, nous allons nous aussi nous séparer en deux. Un premier groupe de sept milles hommes ira rencontrer les forces de Korvir à l’Est. Le deuxième, constitué de seulement un millier d’hommes, ira se retrancher dans la cité en faisant croire que l’ensemble de l’armée y est retourné.
On me donna une armure cloutée, une lance, une épée et un grand bouclier rond ainsi qu’un casque, en m’informant que je serais dans le premier groupe, en premières lignes. C’est ainsi que, sous le Soleil frappant de quatorze heures, nous nous sommes dirigés à la rencontre l’ennemi.



Quelques temps plus tard, le gong sonna à nouveau. On pouvait apercevoir quelques centaines de mètres devant nous, les Loups d’Acier qui venaient de franchir une butte. Des généraux passèrent dans les rangs pour nous organiser. Plusieurs milliers de soldats, dont moi, furent groupés en phalanges devant, chacun protégeant le soldat à sa gauche avec la moitié de son bouclier.  Moi, j’étais en deuxième ligne, séparé ainsi du combat que par un seul soldat, que je devais protéger en attaquant l’ennemi par dessus son épaule avec ma lance. Derrière les quelques dix lignes de phalanges, des archers prirent positions en rangs larges. En arrière, quelques soigneurs montèrent en hâte des tentes d’infirmerie. Enfin, les quelques jeunes hommes qui restaient couraient dans les rangées pour distribuer flèches et lances. Le Seigneur GabRay passa dans les rangs, et se plaça tout devant, en première ligne. Il n’avait quasiment pas d’armure, même pas de casque, et brandissait deux longs glaives aiguisés. Il disait que la meilleur des défenses était l’attaque, et que pour mieux résister à un coup ennemi, il fallait éliminer l’ennemi.



Le gong retentit à nouveau, je sentis soudainement mon coeur battre à tout rompre dans ma poitrine. Nous avancions vers lignes ennemis, d’un pas lent, mais sûr, protégeant chaque partie de nos corps. Le gong ennemi retenti à son tour, tel un aboiement de loup, et les soldats de Korvir se mirent à courir dans notre direction. Au fur et à mesure qu’ils se rapprochaient, je les distinguaient de mieux en mieux. Ils étaient vêtus d’armure en cuir cloutée, avec des protections de cuivres ou d’acier. Ils portaient des casques en forme de tête de loup, et des écus au bras gauche qui se terminaient par ce qui semblaient être de longues griffes. Puis, le ciel s’assombrit, empli de fines flèches qui volaient vers nous. Au moment où je les vis, j’ai voulu me protéger avec mon bouclier, mais au même instant, ces flèches brûlèrent et se transformèrent en cendre. Quelques instants après, le ciel fut à nouveau envahi de flèches, cette fois tirées de derrière nous. Elles s’embrasèrent au dessus de nous, et s’écrasèrent sur les rangs ennemi dans un tourbillon de feu et de cendre. Seulement quelques mètres nous séparaient maintenant de ces sauvages envahisseurs. Alors je crispas ma main sur ma lance, dont je posa la pointe sur l’épaulière d’acier de l’homme devant moi.



Ce fut comme un coup porté sur les portes de l’enfer, pour le préparer aux nombreux morts du jour. Un bruit fracassant d’acier crissant, un désastre sonore assourdissant. La première ligne se battait avec vigueur. Je vis l’homme devant moi planter sa lance dans le ventre du guerrier de Korvir qui se présentait devant lui. Il laissa tomber sa lance et dégaina son épée. Pendant ce court instant, un autre Loup d’Argent s’approchait, brandissant en l’air ses griffes, prêtes à s’abattre sur la tête du fermier. Alors je souleva la pointe de ma lance, et envoya celle-ci dans l’épaule du Loup. Je tendis ma main vide vers le ciel, et on me donna une nouvelle lance. Nous avancions ainsi sur plusieurs mètres, massacrant tout ceux qui s’approchaient, jusqu’à ce que l’homme devant moi fut atteint par un coup de griffe, le blessant au visage. Alors je passa devant lui, et il fut tiré par les autres jusque derrière les rangs. Je m’élança vers le Loup devant moi, le corps couvert derrière mon bouclier et celui de mon voisin, ma lance au dessus de la tête, que j’abattit de toutes mes forces dans l’épaule du Loup, là où ils ont le moins de protection. Je laissa tomber ma lance et dégaina à mon tour mon épée. Un autre Loup s’approcha et je ne pu réagir tout de suite. Il brandis son épée en l’air, mais fut entaillé au bras par un revers d’épée de mon voisin de gauche, puis planté au coeur par une lance envoyée au dessus de mon épaule. Il s’écroula par terre, je pu saisir mon épée. La bataille continua ainsi de très longues minutes, après lesquels je me sentis trop épuisé pour pouvoir continuer. Apparement, mon épuisement se faisait ressentir. Alors on me tira à mon tour vers les dernières lignes. Une fois sorti des rangs, on me conduisit quelques mètres plus loin vers une bassine d’eau où je pouvais boire. C’est alors que je vis que les archers continuaient de tirer leurs flèches embrasées vers le ciel. Les soigneurs passaient  dans les rangs pour retirer les blessés et les épuisés. Sur le sol jonchaient des centaines, voir des milliers de corps, dont la majorité étaient des hommes de Korvir. Un poste d’observation avait été monté en hâte, sur lequel se trouvait quelques commandants faisant des signes de drapeaux en direction des soldats. Mais ce qui fut le plus surprenant, outre le fait que nos troupes avançaient lentement dans les lignes ennemis, ne laissant que des corps derrière eux, c’était le spectacle de feu et de magma qui se déroulait dans le ciel. Tous les nuages avaient prit une couleur noire rougeâtre, et des importantes masses de feu en sortaient et s’abattaient sur les Loups d’Argent en une explosion de cendre et de flammes.
Après m’être reposé quelques temps, on me proposa de reprendre mes armes et de rejoindre les dernières lignes. Mais à peine levé, tous les soldats levèrent les bras et crièrent dans une acclamation de joie. Les derniers Loups avaient prit la fuite, et un commandant lança des cavaliers à leur poursuite. Quelques instants après, le gong sonna. La bataille était terminée.



Nous sommes maintenant en chemin vers le camp de Korvir, établi derrière les collines. Cette bataille fut une victoire écrasante. On nous annonce dix milles morts du coté adverse, soit le totalité de leurs troupes, contre mille cinq cent de notre coté. Tous les blessés furent remis sur pied dès la fin de la bataille. Surement les pouvoirs de Pyrial y étaient pour quelque chose. Un messager arriva plus tard et nous appris que le deuxième groupe de Korvir n’avait trouvé personne aux pieds des collines et s’étaient dirigés vers la cité, sans armes de siège ni provisions. Arrivé au camp de Korvir, on installa des trébuchets et des archers et on lança l’assaut. Cinq cents cavaliers furent envoyés après quelques heures de siège. Ils ressortirent quasiment idem quelques temps après, concluant une nouvelle victoire. Deux jours après, le deuxième groupe de Loups d’Argent, qui avait entreprit le siège de Solun, se replièrent vers le camp. Les éclaireurs disaient qu’ils n’étaient plus qu’une poignée, épuisés, blessés et affamés. Alors les cavaliers furent envoyés à leur rencontre. Ils revinrent quelques heures après, en ayant fait prisonnier les deux cents Loups qui restaient.



C’est ainsi que nous continuons notre conquête vers le sud, en direction d’Himar.


Auteur: GabRay


Dernière édition par GabRay le Jeu 13 Oct - 9:07, édité 7 fois (Raison : Changement de la police et la taille d'écriture)

_________________

Tel le Phoenix que je suis je renaitrais de mes cendres et m'élancerais vers les cieux, plus fort que jamais.
avatar
GabRay
Admin

Messages : 61
Date d'inscription : 23/09/2015
Localisation : sur mon trône de feu

Feuille de personnage
Point d'Honneur:
200/200  (200/200)
Métier 1: Ingénieur
Métier 2: Mineur

Voir le profil de l'utilisateur http://faction-phoenix.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La Bataille de Solun

Message par GabRay le Mar 11 Oct - 13:24

N'hésitez pas à proposer des améliorations pour ce texte avant qu'il soit officialisé !

Je prévois de faire une carte de la zone où se passe la bataille. On y verra donc Solun, ses plaines et ses collines, le camp de Korvir et peut être le tracé des mouvements de troupes.
avatar
GabRay
Admin

Messages : 61
Date d'inscription : 23/09/2015
Localisation : sur mon trône de feu

Feuille de personnage
Point d'Honneur:
200/200  (200/200)
Métier 1: Ingénieur
Métier 2: Mineur

Voir le profil de l'utilisateur http://faction-phoenix.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La Bataille de Solun

Message par GabRay le Jeu 13 Oct - 9:08

Une carte a été ajoutée pour plus de compréhension !

_________________

Tel le Phoenix que je suis je renaitrais de mes cendres et m'élancerais vers les cieux, plus fort que jamais.
avatar
GabRay
Admin

Messages : 61
Date d'inscription : 23/09/2015
Localisation : sur mon trône de feu

Feuille de personnage
Point d'Honneur:
200/200  (200/200)
Métier 1: Ingénieur
Métier 2: Mineur

Voir le profil de l'utilisateur http://faction-phoenix.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La Bataille de Solun

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum